Il faisait partie du groupe de quatre personnes réunies par Robert Capa pour fonder en 1949 l'agence de presse qui reste le symbole des grandes heures du photojournalisme mondiale. Avec ses lunettes qui lui mangeaient le visage sans altérer son sourire, avec son grand front, David Seymour, passait pour l'intellectuel Magnum Photos, ce que justifiaient sa culture, ses études en physique et en chimie à la Sorbonne, sa conversation, son goût pour la musique qu'il ne trahissait pas en se mettant au piano.

On ne s'attendait pas à un livre simple encore moins à titre niais. Cet angle de réflexion qui joue sur les puissances trompeuses de l'esprit, sur la naïveté du spectateur et sur son temps de réponse à l'allusion, est bien sûr ce qui fait la saveur du travail du nouveau surréaliste qu'est Chema Madoz, quand tout est détourné sinon dénié, les ombres et  les volumes, la matière et les éléments, les objets utiles ou très chers, les livres à tiroirs, les châteaux de portes et les roses qui ne se sentent plus d'hameçonner.

D'Ambroise Tezenas, je me souviens de l'excellent "Pékin, théâtre du Peuple", publié chez le même éditeur Actes Sud. L'ouvrage nous montrait la frénétique métamorphose dictée par l'ambition d'offrir un nouveau visage de la capitale chinoise qui accueillait les Jeux olympiques d'été de 2008. Où l'on voyait l'âme des quartiers populaires des hutongs disparaître sous les potences des grues et les chenilles des bulldozers.

Cette semaine vient de paraître "On the road", un livre de photographies de Renaud Corlouer qui raconte la tournée de Johnny Hallyday. Entretien avec le photographe.

Le livre s'ouvre à l'italienne mais c'est bien de la Chine qu'il s'agit, vue par des photographes chinois de la jeune génération, aussi -voire plus- curieux que nous - de leur pays-continent en pleine transformation économique et sociale. Il faut avoir séjourné quelque temps à Pékin ou à Shanghai pour voir que l'homme et la femme de la rue ont l'air content de la vie, des grands parcs, des smartphones et de séances collectives de gymnastique contre l'arthrose des anciens.

Mois de la Photo

FABIEN BREUVART “La photo anonyme ne peut pas être vendue comme de la photo signée”.

Photographe passé par la communication d'entreprise, Fabien Breuvart a été un des premiers à s'intéresser à la photographie de tout le monde, telle qu'elle se présente dans les brocantes, les vides-greniers et les marchés aux puces. Conversation avec un des acteurs les plus représentatifs de cette Photo anonyme qui occupe un thème majeur du Mois de la photo 2014, inauguré ce 25 octobre dans son atelier-boutique du Marché des Enfants Rouges.   

24 Octobre, 2014 à 26 Octobre, 2014
La MIA Fair à Singapour
Du vendredi 24 au dimanche 26 octobre 2014, la Milan Image Art Fair ouvre sa première édition à Singapour, en parallèle du Singapore International Photography Festival (SIPF).

Pages