Ce n'est certes pas le premier livre de Giorgia Fiorio et pas davantage un retour condensé sur un travail de près de vingt cinq ans qui très tôt avait signalé un regard singulier posé sur des univers d'hommes, un regard féminin franc et dont la touche esthétique arrive d'elle-même, portée par la force de ses sujets.
À l'occasion du Salon de la Photo qui se tiendra du 7 au 11 novembre à Paris, nous avons posé quelques questions à Arnaud Gaucher, chef produit sur la gamme hybride Olympus. Il explique les caractéristiques du nouvel appareil hybride haut de gamme E-M1, et décrypte le succès du look rétro.
10 Novembre, 2013
Grandes Rencontres du Salon de la Photo 2013
Photographe française, née en 1955, Corinne Mercadier vit et travaille à Paris. L’oeuvre photographique de Corinne Mercadier est liée jusqu’en 2008 au Polaroid SX 70. A partir de ces clichés, elle réalise des tirages agrandis de différents formats. Les séries Paysages (1992) et Où commence le ciel ? (1995-1996) cernent le vide, l’horizon, et jouent avec la notion de point de vue et de cadre. En 1998, la série Glasstypes, constituée de photographies de peintures sur verre, donne une aura lumineuse à d’indéfinissables objets.
10 Novembre, 2013
Grandes Rencontres du Salon de la Photo 2013
Jérôme Sessini, photographe autodidacte, commence ses premiers reportages avec l’agence Gamma. En 1999, il couvre le conflit au Kosovo. Suivent ensuite de nombreux reportages en Colombie, au Mexique, au Salvador et au Nicaragua. Il couvre également la deuxième Intifada dans les territoires occupés où il retourne régulièrement depuis. En 2002, il par ticipe à la création d’In Visu, et, depuis Mars 2003, il séjourne régulièrement en Irak. Ses reportages sont publiés dans la presse nationale et internationale.
10 Novembre, 2013
Grandes Rencontres du Salon de la Photo 2013
Le festival de photos en plein air Peuples et Nature à La Gacilly fête cette année son dixième anniversaire. À cette occasion, les Grandes Rencontres vous invitent à dialoguer avec Jacques Rocher, fondateur de la manifestation, et Xavier Desmier, photographe nature.
10 Novembre, 2013
Grandes Rencontres du Salon de la Photo 2013
Steve Hiett dit : « La photographie, c’est enregistrer ce que vous voyez. La photographie de mode, c’est dépeindre ce à quoi on pense. C’est un processus de construction de son imaginaire. » Celui que l’on surnomme « Le Metteur en scène de la couleur » pour ses images flamboyantes et saturées qui ont été publiées dans les plus grands magazines de mode, de Vogue à Harper’s Bazaar en passant par l’avant-gardiste Nova, n’avait pas planifié de devenir photographe de mode et encore moins d’en être un des maîtres dès les années 80.
L'édition 2013 du Salon de la Photo a ouvert ses portes ce matin à Porte de Versailles (Paris 15e). Au programme, des rencontres exceptionnelles avec les grands noms de la photographie, bien sûr, mais aussi des nouveautés et des animations proposées par l'ensemble des acteurs du monde de l'image. Petit tour des principaux stands présents.
Parfois et même souvent, la collection Photopoche s'ecarte de sa ligne de monographies pour introduire un volume transversal, oligraphique dirait-on. "L'un par l'autre" propose une galerie de portraits de photographes réalisés par leurs confrères. Les photographes ont coutume de dire qu'ils n'aiment pas trop être photographiés, les voilà servis, pour une fois sortis du sécure autoportrait.
C'est une première pour le Salon de la Photo : invités des Grandes Rencontres, Florent Demarchez (photographe) et Juliette Vignon (consultante chargée de projets culturels) ont profité de l'événement pour lancer leur "projet créatif autour du monde." Demain ils s'envoleront pour l'Argentine, première étape d'un périple qui va les conduire en Colombie, au Cuba, en Chine, en Bimanie, au Japon ou en Inde.
9 Novembre, 2013
Grandes Rencontres du Salon de la Photo 2013
Avec la délicatesse qui le caractérise, il pratique une photographie apparemment calme, incroyablement exigeante, traversée par des doutes permanents et mue par l’indispensable relation personnelle qu’il va entretenir avec ce – et ceux – qu’il va installer dans le carré de son appareil. Sa passion pour les gens, pour les autres, l’a naturellement amené à développer le portrait comme mode de figuration privilégié de ceux dont il avait l’envie, le désir d’approcher davantage ce qu’ils étaient.

Pages