RIZDICI • Une Histoire Camarguaise

Sélection - Bourse du Talent #31 /
RIZDICI . Une Histoire Camarguaise / Guillaume Amat / Présentation
© Guillaume Amat 
La commune d'Arles et tout le pays d'Arles dans les Bouches-du-Rhône ont été victimes de graves inondations courant décembre 2003. Ainsi l'entreprise Lustucru, filiale du groupe Panzani, a été sinistrée.
Cent quarante-six salariés et quarante intérimaires en ont immédiatement subi les conséquences. Ces salariés, parfois doublement sinistrés (habitat et lieu de travail), se sont mobilisés pour réhabiliter au plus vite leur lieu de travail et reprendre rapidement leur activité.
Le Conseil régional Provence-Alpes Côte-d'Azur, le Conseil Général des Bouches-du-Rhône et la ville d'Arles se sont par ailleurs engagés à accompagner le redémarrage de cette usine et ont élaboré un nouveau plan de développement de l'entreprise installée à Arles depuis 1952.
En avril 2005, malgré de nombreux projets d'investissements pour les années futures, Lustucru annonça la délocalisation de son usine camarguaise en Espagne et ferma le site d'Arles.
“Riz d'ici” est le nom du projet de coopérative (SCOP) que les anciens salariés ont essayé de réaliser, symbolisant ainsi toute leur détermination à travailler en Camargue et leur volonté de prendre en main leur destin. 
© Guillaume Amat 
Ce travail s'inscrit dans une réflexion sur la société d'aujourd'hui, l'identité citoyenne ainsi que l'histoire d'une ville et de ses cicatrices.
C'est une usine qui ferme parmi d'autres, un patrimoine qui s'efface et des vies qui se brisent parmi d'innombrables.
La photographie me permet de marquer une pause, un instant de réflexion en dehors du flux ininterrompu de l'information audiovisuelle, qui annonce quotidiennement les fermetures d'entreprises et les plans de restructuration.
Elle permet d'éviter cette forme d'anesthésie involontaire produite par la permanence de la douleur télévisée.
J'ai choisi de réaliser un reportage en deux parties: le site industriel en mutation et  les anciens salariés.
Au cours du mois de décembre 2005, j'ai photographié le lieu de travail que j'ai vu se vider de sa substance mécanique. Puis j'enregistre le témoignage des anciens salariés sur leur vie quotidienne dans l'entreprise et leurs deux années et demie de lutte.
En Juin et Juillet 2006, je réalise deux séries de portraits des salariés sur leur ancien lieu de travail. Ils y pénètrent pour la première fois depuis deux ans, l'accés en étant fermé depuis les inondations. Le lieu est silencieux et la charge émotionnelle forte. Ils me racontent encore, évoquent des souvenirs, me décrivent leur poste, regardent les traces et me montrent des machines désormais invisibles.
Je les fais poser sous une lumière dure qui s'engouffre par des brèches béantes dans la charpente laissées par le travail de démantèlement. Un miroir est resté accroché là. Je leur demande de poser face à eux mêmes. L'image se divise et dans le reflet, ils semblent porter leur usine comme le pilier qui est derrière eux.  

© Guillaume Amat 

Produits Kodak Professionnal utilisés 
Papier ENDURA Kodak 
Exposition : RIZDICI
Guillaume Amat
Du samedi 02 février 2008 au dimanche 17 février 2008
11-13 rue des Archives, Créteil, France

photographie.com : 2007-04-25

Pages