Le couloir n°8, un pont vers l'Orient

Coup de Coeur BT #31 /
Le couloir n°8, un pont vers l'Orient / Davide Del Giudice / Présentation
© Davide Del Giudice 
Le couloir n° 8 constitue un programme d'envergure visant à relier la mer Adriatique et la mer Noire. En reliant la mer Adriatique et la mer Ionienne à la mer Noire, il pourrait être la via Egnatia du XXIe siècle.
L'objectif de ce couloir européen est de créer un vaste réseau de routes, de chemins de fer, de couloirs aériens, facilitant la libre circulation des personnes et des marchandises entre les pays de l'Union européenne et le pays de Balkans. Parallèlement à ces voies de communication, des initiatives sont envisagées pour l'implantation d'un réseau de transport du gaz et du pétrole. Ce réseau, implanté en parallèle du couloir n° 8, établirait la liaison Italie-mer Noire et relierait Bari en Italie à Durrës en Albanie. Il emprunterait ensuite les voies ferrées et routières en Macédoine pour, enfin, atteindre Varna en Bulgarie. La ligne principale comprendrait 960 Km d'infrastructures routières, 1270 Km de réseaux ferroviaires, des ouvrages portuaires et aéroportuaires nouveaux, voire des pipelines.
Ce programme ne concernerait donc pas moins de six pays : Albanie, Macédoine, Grèce, Bulgarie, Turquie et Italie. Une manière de renforcer la coopération régionale et de favoriser le développement économique de toute une région, tout en se donnant les moyens d'acheminer par un itinéraire complémentaire le pétrole et le gaz en provenance de la Russie, et plus particulièrement du Caucase et de la mer Caspienne.
Un projet de telle grandeur créera inévitablement des modifications écologiques de fort impact sur les régions traversées; l'équilibre social sera mis en tension à cause des transformations qui seront effectuées pour la réalisation des oeuvres: une partie de la population sera obligée de se déplacer ou de se recycler dans des activités économiques diverses des celles traditionnelles.

J'ai suivi le tracé du couloir n° 8 d'Ouest à Est, de Durrës à Varna, et j'ai photographié les réalités sociales, économiques et anthropologiques, les infrastructures et les ports. Une grande envie de communication et intégration est ressortie : une réalité changeante qui se décline en nombreuses nuances contaminées qui se mélangent dans le très fort dynamisme culturel et économique typiques de ces pays de Balkans. 

photographie.com : 2007-05-15

Pages