Le voyage en Italie

Michaël Duperrin /
Le voyage en Italie / / Le voyage en Italie

Le voyage en Italie

« La lumière est toujours égale à une autre lumière.

Puis elle se modifia : de lumière elle devint aube incertaine,

[…] et l'espoir eut une nouvelle lumière »

P. P. Pasolini

Ce voyage photographique me conduira, accompagné de mon amie, Ingrid, à Ostie, où est mort Pasolini, puis à Scanno, où Mario Giacomelli a réalisé l'une de ses plus séries les plus connues (et où Henri-Cartier-Bresson a fait quelques photographies).

Le voyage en Italie renvoie explicitement au film de Roberto Rossellini du même titre, dans lequel un couple d'Anglais découvre l'Italie, son exubérance et sa façon de mêler la mort à la vie. Cette découverte conduira chacun d'eux à se révéler à lui-même, et le couple à se retrouver. Le film est tout autant leur histoire qu'un portrait de l'Italie dans les années 1950.

De façon similaire, mon projet photographique lie l'intime et public, voire le politique. Il s'agit à la fois d'un voyage amoureux et d'un pèlerinage photographique sur les traces de « grands Italiens » qui ont compté au siècle dernier (et m'ont profondément marqué), d'un retour en des lieux clés de leurs parcours. Un retour nourri d'interrogations sur le temps écoulé et ses effets.

La notte di Ostia (La nuit d'Ostie) : Dans la nuit du 1er octobre 1975, Pier Paolo Pasollini est assassiné sur la plage d'Ostie dans des circonstances sordides et pour des raisons mal élucidées. Que reste-t-il de cet artiste et penseur polymorphe et inclassable sur cette plage aujourd'hui envahie par les promoteurs, les touristes et les Romains en week-end ? Faut-il voir ici la victoire du consumérisme que dénonçait Pasolini dès les années 1960, lui opposant une vision sacrée et néanmoins impure de la vie ? Au-delà de ce contraste saisissant, le sable, la mer, les corps alanguis au soleil, la nuit même pourraient-ils en porter la trace ?

Il giornio di Scanno (Le jour de Scanno) : Entre 1957 et 1959, le photographe Mario Giacomelli séjourne à plusieurs reprises Scanno. Il y réalise une série d'images puissantes, cruelles et crues d'un monde paysan vêtu de noir et baigné de lumière. Un monde, ancien, brutal et beau, certainement idéalisé par cet homme hanté par la mort et ivre de vie. Un monde dont le mode vie était resté quasi inchangé pendant des siècles, et qui connait à partir des années 1960 l'immense mutation de la modernité. Le regard porté par Giacomelli sur Scanno appartient-il désormais à la seule histoire de l'art ? Persiste-t-il quelque chose de la force « tellurique » qui émane de ces images et des Abruzzes ? Mon regard amoureux en retrouvera-t-il quelque chose à l'heure du tourisme et des nouvelles technologies ? Dans la réalité ? Le fantasme ?

Les images que je réaliserai à Ostie et à Scanno pourront être accompagnées de photographies plus intimes, d'Ingrid et/ou de moi, qui s'inscrivent dans une série en devenir, L'amore.

Ce projet est réalisé avec le soutien de Fujifilm France qui met à ma disposition le Finepix X100. Celui-ci m'a paru tout indiqué pour plusieurs raisons : la simplicité et la souplesse de travail d'un compact mono-objectif de facture traditionnelle, ma volonté, pour marcher dans les pas de poètes du noir et blanc, de travailler en couleur et en numérique, comme pour marquer la distance temporelle, enfin la possibilité de filmer, en référence aux sources cinématographiques du projet, et pour enregistrer ma voix en contrepoint des images.

www.photographie.com ouvre ses pages au voyage en Italie en hébergeant un blog pendant la durée de ce voyage. Du 22 au 29 août, images, textes et/ou sons seront postés au jour le jour.

Michaël Duperrin

 

photographie.com : 2011-08-23