Émile Savitry, récit d'un film maudit

Agenda

Un scénario signé Jacques Prévert, des acteurs mythiques dont Reggiani et Arletty, une histoire forte inspirée d'un fait réel. Le film La fleur de l'âge du réalisateur Marcel Carné avait tout pour devenir un chef d'oeuvre, et pourtant il serait probablement tombé dans l'oubli si ce n'était pour le témoignage exceptionnel du photographe humaniste Émile Savitry.

© Photo Émile Savitry courtesy Sophie Malexis

Dans l'histoire du cinéma, les films ayant connu bien des péripéties ne sont pas rares : on pense notamment à Don Quichotte d'Orlon Welles (1995), à L'Exorciste de William Friedkin (1973), ou plus récemment à The Crow d'Alex Proyas (1994). On connait peut-être moins bien le film maudit de Marcel Carné et Jacques Prévert : La fleur de l'âge. Inspiré d'une histoire vraie - l'évasion en 1934 de 15 jeunes prisonniers d'une maison de redressement pour enfants de Belle-Île et la chasse à l'homme qui s'ensuivit -, le film raconte une histoire d'amour sur fond de pénitentiaire pour mineurs. Il réunit, entre autres, Arletty, Anouk Aimée, Martine Carol, Serge Reggiani, et se déroule en extérieur, à Belle-Île. 

La première scène est tournée en avril 1947, mais les difficultés ne se laissent pas attendre : mort subite d'un chien, accident de voiture impliquant deux acteurs du film, tentative de suicide d'une jeune figurante et noyade d'un autre figurant, mauvaises conditions météorologiques… Les retards accumulés et le manque d'argent finissent par provoquer la rupture entre Carné et Prévert, et la fin définitive du tournage (fin juillet 1947). En 1952, un bon de sortie est émis par le laboratoire qui détient le film inachevé, mais les bobines disparaissent dans des conditions mystérieuses. 

© Photo Émile Savitry courtesy Sophie Malexis

Si aujourd'hui nous pouvons imaginer les contours de ce film maudit, c'est seulement grâce à Émile Savitry. Peintre et membre de l'agence Rapho, il accompagne et photographie l'équipe du film tout au long de sa réalisation. Au total, 600 images racontent les scènes-clés ainsi que les péripéties du tournage : les figurants en train de se faire raser pour mieux ressembler aux jeunes prisonniers, les instants de détente, les échanges parfois houleux entre Carné et Prévert. Le livre "Émile Savitry, un récit photographique" (aux éditions Gallimard) réunit une partie de ces images et met en lumière un témoignage passionnant de cette aventure unique dans l'histoire du cinéma français. "Animées d'une douce mélancolie, baignées de brumes aux gris délicats ou cernées de lumières crues aux forts contrastes, les images de Savitry appartiennent au réalisme poétique," écrit la journaliste Sophie Malexis dans la préface du livre. Elles rendent évident le talent d'un photographe injustement oublié et d'un chef d'oeuvre qui aurait pu être. 

Roxana Traista

18/06/2013 

Un récit photographique. «La fleur de l'âge», le film maudit de Marcel Carné et Jacques Prévert, texte de Carole Aurouet. Éditions Gallimard. 128 pages, ill., sous couverture illustrée, cartonné.